Je rénove et je récupère mon eau de pluie

En Wallonie, le gouvernement wallon n’a pas prévu d’impositions systématiques concernant les citernes d’eau de pluie. Bien qu’il n’y ait pas de prescriptions légales inscrites dans le Code de l’Eau quant à ce type d’installation, il n’est pas interdit aux communes d’imposer de tels dispositifs. Il s’agit dès lors de conditions régulièrement énoncées lors de la délivrance des permis d'urbanisme associés aux nouvelles constructions.

L’imposition d’une citerne peut potentiellement être associée aux articles du Code du Développement Territorial (CoDT) portant sur la gestion des risques naturels tels que l’inondation, notamment l’article D.IV.57. Les citernes peuvent en effet constituer un volume tampon ralentissant le mouvement des eaux lors de fortes précipitations. Ces dispositifs de stockage ou de rétention sont susceptibles d’atténuer les conséquences d’inondation (sous certaines réserves ou limites). 

D’autres mesures moins spécifiques aux citernes mais visant plus largement la gestion des eaux pluviales et le cycle anthropique de l’eau sont parcontre bien présentes dans le Code de l’Eau. Citons les paragraphes 5 et 4 de l’article R 277 qui visent respectivement la séparation des eaux pluviales et des eaux usées pour toute construction neuve ainsi que le respect d’une hiérarchie des modes d‘évacuation des eaux pluviales.

Cette hiérarchie, inscrite dans le Code depuis janvier 2017, impose d’évacuer prioritairement les eaux de pluies dans le sol par infiltration (limitation de la mise en mouvement de ces eaux pluviales et du ruissellement en dehors de la parcelle dont elles sont issues). En cas d’impossibilité technique ou de disponibilité insuffisante du terrain, le rejet peut néanmoins être envisagé dans une voie artificielle d’écoulement ou une eau de surface ordinaire. Le rejet vers l’égout ne peut être envisagé qu’en dernier recours. Il s’agit de restreindre drastiquement les rejets vers le réseau d’égouttage puisque ces eaux claires sont susceptibles d’entraîner une surcharge des réseaux de collecte, d’accroitre les risques d’inondation mais également de diminuer l’efficacité des stations d’épuration en raison d’une dilution de la charge polluante.

Ces mesures du Code de l’Eau portent uniquement sur l’évacuation. Elles n’incitent donc pas ni ne créent d’obstacle au stockage temporaire de l’eau de pluie (citernes, stockage en toiture, etc.), puisque ces dispositifs se situent en amont du rejet.

Lors de la rénovation ou de l'agrandissement d'une maison, un système de récupération de l'eau n'est pas obligatoire. Mais l'installation d'une citerne peut être une bonne idée. Dans certaines municipalités, vous pouvez obtenir une subvention à cet effet. Le service de l’environnement de votre commune vous indiquera si vous entrez en ligne de compte pour celle-ci.

Les avantages de l’utilisation de l'eau de pluie

Le Belge moyen utilise environ 114 litres d'eau par jour. Sur ce total, 24 litres vont au bain et à la douche, 21 litres à la chasse d'eau des toilettes, 16 litres à la lessive, 11 litres à la cuisine et 6 litres à l'entretien. En utilisant l'eau de pluie pour les toilettes, l'entretien et la lessive, nous pouvons économiser jusqu'à 50 % de cette eau du robinet coûteuse.

D’un point de vue économique pour un ménage, l’installation d’un système de récupération et de stockage des eaux de pluie peut représenter un poste important lors de la construction d’une habitation. Si la consommation du ménage est relativement faible, le seuil de rentabilité ne peut être atteint rapidement. Les bénéfices économiques pour les propriétaires d’habitation ne peuvent dès lors être envisagés que sur le long terme.

D’un point de vue macro-économique et de l’impact financier sur les consommateurs reliés à la distribution publique d’eau potable, le placement d’un système alternatif participe à la diminution des recettes en matière de distribution d’eau. En effet, les recettes sont principalement constituées de ventes d’eau et de redevances d’abonnement. Le système du « coût-vérité de l’eau » vise à équilibrer les recettes et les charges des opérateurs dont la plupart sont des charges fixes. La consommation d‘eau de pluie se substituant partiellement à la consommation d’eau de distribution, le prix du mètre cube vendu doit nécessairement augmenter pour compenser les charges associées à l’assainissement d’eau non distribuée par les producteurs mais rejetées vers les stations. L’augmentation de prix ne se répercute donc pas de manière identique entre tous les usagers puisque les ménages qui n’utilisent pas l’eau de pluie ne vont pas pouvoir diminuer leur consommation d’eau de distribution.

Bien que de prime abord, l’utilisation de l’eau de pluie offre plusieurs avantages, elle ne constitue toutefois pas une panacée, du moins en ce qui concerne les prélèvements en eau, les pressions sur les ressources, l’écobilan et les aspects socio-économiques. Le bienfondé de l’utilisation de l’eau de pluie en substitut de l’eau potable de distribution, doit être évalué sur base de situations locales.

De quoi ai-je besoin pour utiliser mon eau de pluie ?

Pour réutiliser l'eau qui tombe sur votre toit, vous devez prendre les dispositions suivantes : installer une citerne, une pompe et un filtre. Une citerne peut être placée au-dessus ou au-dessous du sol et peut être fabriquée en plastique ou en béton. Habituellement, la citerne est déjà équipée d'un pré-filtre qui arrête les plus grosses impuretés.La pompe aspire l'eau de la citerne et l'achemine vers votre filtre.

Le filtre d'eau de pluie garantit l'élimination des odeurs et des couleurs désagréables de l'eau. Un filtre qui fonctionne en 3 étapes peut filtrer 3 fois plus de saletés.

Quels sont les différents types de citerne
Il faut tout d’abord distinguer les différents types de citerne, leur principal rôle et leurs avantages.

Les filtres à eau de pluie PLUVIO de BWT sont désormais disponibles avec des écochèques
Bonne nouvelle pour tous les constructeurs et rénovateurs soucieux de l'environnement et du budget ! Depuis le 1er mars 2021, les filtres à eau de pluie BWT peuvent être achetés avec des écochèques. L'un de ces filtres est le filtre PLUVIO HYGIENE - le filtre à eau de pluie bactériostatique le plus avancé de BWT.

Eau de pluie récupérée sans odeurs ni colorants
Pour environ 147,20 euros (hors TVA), le spécialiste du traitement de l'eau BWT propose la Pluvio 500 ST une combinaison de filtres qui élimine les particules de saleté, la couleur et l'odeur de votre eau de pluie recyclée.

Bewades blue : la lampe UV qui tue efficacement les bactéries
Avec le Filtre Pluvio de BWT, vous pouvez filtrer les impuretés de l'eau de pluie et la rendre inodore et incolore. Voulez-vous que l'eau de pluie filtrée soit également exempte de germes ? Faites ensuite placer une lampe UV derrière le Filtre Pluvio une lampe UV placée derrière le corps.

Combien d'eau du robinet pouvez-vous économiser ? Calculez-le avec le calculateur d'eau de pluie Wienerberger
Wienerberger prête main forte pour encourager la récupération de l'eau de pluie. Le fabricant de matériaux et de solutions de construction en terre cuite a complété son site web à cet effet avec un calculateur d'eau de pluie.

Pour mieux vous servir, ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le placement de ces cookies.